Au café Joyeux, le handicap n’en est pas un !

Joyeux aime servir dans la joie et ouvrir les coeurs.
Joyeux veut remettre le handicap mental et cognitif au coeur de nos villes et de nos vies.
Joyeux souhaite favoriser la rencontre…
Chez Picto Access, on adore ce type de projet avec lequel on partage la même ambition : Rendre notre monde plus accessible… et on ne résiste pas à vous en parler.
Ami(e)s Parisiens, Rennais où de passage dans le coin : N’hésitez pas ! 

La Team  !

 

Ce nouveau lieu branché mise sur l’embauche de personnes trisomiques ou autistes, pour mettre nos différences et nos fragilités au cœur de la machine économique.

 

Solennel comme un majordome de la Maison Blanche, Félix dépose deux cappuccinos et s’incline brièvement pour saluer ses clients. La dignité du travail accompli, c’est ce qui pousse cet ancien amateur de grasses matinées à bondir du lit chaque matin. Comme Agathe, RoseMarie ou Charles, tous embauchés au café Joyeux de Paris, il est handicapé mental et heureux de pouvoir enfin faire ses preuves au boulot. “Ca m’émerveille toujours, confie Yann Bucaille Lanrezac, entrepreneur multicarte et fondateur de ce coffee shop. Ces personnes éprouvent une telle joie à sentir qu’elles ont une place et qu’elles peuvent assurer le job !”

Team Café Joyeux

J-B Mariou / Café Joyeux

 

Pulvérisant le quota de travailleurs handicapés de 6% imposé par la loi, les deux établissements qu’il a ouvert à Rennes et à Paris en embauchent une trentaine, encadrés par une poignée de managers. « Nous voulons montrer qu’il est possible d’inclure tout le monde, même dans une économie parfois impitoyable », poursuit le fondateur.

 

Faire “avec” et non “pour”

En matière de business, ce n’est pas un novice. Dirigeant du groupe Emeraude – 150 salariés dans 12 bureaux à l’international -, spécialisé dans les énergies renouvelables et les services aux groupes pétrochimiques, il a également ouvert un palace en 2015 à Dinard. L’idée du café Joyeux a germé quand un jeune autiste lui a demandé un emploi… et qu’il n’avait rien à lui offrir. “J’ai créé l’association Voile solidaire pour organiser des sorties avec des personnes âgées, malades ou handicapées. Mais faire quelque chose pour elles ne me suffisait plus, je voulais travailler avec elles.”

 

Yann Bucaille Lanrezac (au centre), fondateur du café Joyeux, et une partie de son équipe devant l'adresse parisienne de l'enseigne, située dans le quartier de l'Opéra. ©Hugo AYMAR/HAYTHAM-REA.

Yann Bucaille Lanrezac (au centre), fondateur du café Joyeux, et une partie de son équipe devant l’adresse parisienne de l’enseigne, située dans le quartier de l’Opéra. ©Hugo AYMAR/HAYTHAM-REA.

 

Catholique convaincu que tout le monde a un rôle à jouer, mais aussi amateur de paris risqués, il conçoit le café Joyeux comme une nouvelle aventure entrepreneuriale. Avec son design moderne et coloré, imaginé par l’architecte Léonie Alma Mason, ses produits frais, locaux, végans ou sans gluten, Joyeux n’a de fait rien à envier aux nouveaux tiers-lieux branchés des grandes villes.

 

Facteur humain

“Notre objectif, c’est la rentabilité dans les trois ans, indique Yann Bucaille Lanrezac. Paris démarre à peine, mais le café Joyeux de Rennes est bien parti.” Une troisième ouverture est prévue dans la capitale d’ici à la fin de l’année, et des dizaines de municipalités l’ont contacté. “Ca répond à un besoin, souligne-t-il. Nous n’aurions pas eu autant de possibilités il y a dix ou quinze ans.” Son idéal serait de créer un réseau pérenne et de prouver ainsi que le handicap a sa place dans un monde dominé par la performance. “Si l’on reste obsédé par la tyrannie d’une économie sans visage, nous ne serons plus que des chiffres dans des tableurs.” Il entend remettre l’humain au cœur des entreprises, avec ses différences et ses fragilités.

Seule difficulté : la petite restauration nécessite beaucoup de fonds avant de décoller. “Nous recherchons encore des investisseurs un peu “mécènes”, explique-t-il. On ne promet pas 15% de retour sur investissement dans le mois, mais de la durabilité et du sens.” Actuellement, l’intégralité des dividendes est redistribuée à des actions caritatives par le biais de la fondation Emeraude solidaire, consacrée à l’action humanitaire.

 

 

RENNES 14 RUE VASSELOT PARIS OPÉRA 23 RUE SAINT-AUGUSTIN PASSAGE CHOISEUL 2E ARR. DE MARDI À SAMEDI DE 9H à 18H

 

 

Téléchargez sans plus attendre l’application Picto Access pour découvrir et aussi partager l’accessibilité de vos lieux quotidiens. 

Ensemble construisons un monde accessible à tous !

Application disponible sur Google Play

Application disponible sur App Store

 

 

Retrouvez sur notre blog d’autres articles sur le même sujet :

 

#10 idées reçues sur le handicap à combattre !

 

Weo : « Picto Access, une appli qui met l’accessibilité au coeur du débat »

 

Article issu du site : https://www.capital.fr/votre-carriere/au-cafe-joyeux-le-handicap-nen-est-pas-un-1298953 écrit par FABIEN TRÉCOURT

[FBW]

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *